Areal, l’arnaque cachée par la nostalgie


Tout commence avec S.TA.L.K.E.R., une série d’Action-RPG à la première personne dans un univers post-apocalyptique irradié au nucléaire, des jeux de très bonne qualité en somme. Après quelques opus et la fermeture du studio à l’origine des jeux, il y a West Games avec Areal, un studio lançant un kickstarter promettant de créer la suite spirituelle de la saga. Mettant en avant des vétérans ayant travaillé pour la série, ils réclament de quoi peaufiner le développement, mais est-ce que le projet n’est pas trop beau pour être vrai?

Artwork original ou pas?

Des ressources, tu ne voleras pas

Il est évident qu’un projet avec un tel effet d’annonce a réussi à réunir pas mal de fans et surtout pas mal d’argent, Kickstarter ayant le surnom de machine à nostalgie, faisant naître des remakes et reboots en tout genre. Les projets venant d’univers connus, pour peu qu’il y ait quelques noms célèbres derrière, sont très rapidement financés. Pourtant, peu après le lancement de cette campagne de financement, tout ne semble plus si rose au paradis. Un grand monde ouvert, une faune réactive aux actions du joueur, un scénario non linéaire et une IA de haut niveau, c’est ce qu’on nous a annoncé. Malheureusement beaucoup de sources remettent en doute ces déclarations.

Un logo créé avec une police d’écriture disponible sur le net, des artworks à l’origine discutable, très vite les annonces fusent de part et d’autre d’internet, des forums de fans et même des équipes de modeurs se mettent à analyser les informations de West Games et démontent leurs arguments : l’argent du projet est reversé à une personne qui n’est pas nommée sur la page du projet, les photos de plusieurs “employés” sont trouvables comme modèle sur internet, les images du jeu viennent de cinématiques de STALKER ou de packs Unity faits par d’autres personnes, bref c’est pas très fair-play tout ça.

Ouais c’est un peu gros quand même

Aux questions tu répondras

Suite à tant d’interrogations, on s’attendait à ce que l’équipe puisse éclairer notre lanterne, mais il n’en fut rien. À chaque nouvelle révélation portant atteinte au projet, l’équipe se contentait de communiquer sur la page kickstarter, en affirmant que toutes ces accusations sont l’œuvre de trolls cherchant à décrédibiliser le projet. Un comportement peu professionnel et ne répondant à aucune question, qui s’est encore plus illustré lors d’un AMA sur reddit, sorte de FAQ où les membres du site peuvent poster tous type de questions, et où seules quelques questions peu gênantes ont trouvé réponse.

Après tant de péripéties,  l’histoire du projet s’arrête momentanément à quelques heures de la validation du financement. Nous avons eu droit à une news un peu douteuse affirmant que Vladimir Poutine aurait soutenu le jeu, une montée anormalement élevée des fonds peu avant la fin du temps de récolte de fonds, et qui s’est conclu par une suspension du projet par Kickstarter qui avait des doutes sur la fiabilité de toutes les donations. Comme on peut le voir, Kickstarter est une incroyable machine à financer des projets, mais elle est à double tranchant, et les projets malhonnêtes sont encore assez présents.

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours