Chappie, l’histoire de bébé robot


Neill Blomkamp, c’est le réalisateur dont j’ai une opinion très partagée: Dois-je le détester? Dois-je l’adorer? Ce gars n’arrive jamais à me faire décider. Lancé par son District 9 des plus sympathiques dans le genre SF consciente si l’on peut dire, il n’a pas pu m’attirer autant avec Elysium, qui semblait trop se calquer sur le message social de District 9 sans trop le nuancer. Pourquoi tant d’hésitation autour du personnage? Je pense que Chappie exprime bien ma pensée à son sujet.

L’Afrique du Sud, à la pointe de la technologie et du crime

Robocop, c’est dépassé

Dans la ville de Johannesburg en 2016, la police locale a décidé de faire appel à une société de robotique de pointe pour créer une armée de scouts robots, prêtant main forte aux forces policières et faisant régner l’ordre dans la cité qui était dévastée par un fort taux de criminalité. Résistants aux balles et dotés d’un programme d’IA très poussé, ils sont les sauveurs de la ville.  Le créateur de ces robots a cependant un autre projet, créer une intelligence artificielle qui se développe comme une vraie conscience. Testant son projet en secret, le robot humain Chappie est né, mais va finir par vivre parmi des gangsters. Le robot encore jeune dans sa tête va devoir apprendre la vie et toute sa morale, bonne et mauvaise.

Chappie est une tentative que j’ai trouvé plutôt réussie de transmettre des émotions à travers le corps et le visage d’un robot. Bien sûr, ces compliments doivent en grande partie revenir à Sharlto Copley qui incarne le robot en motion capture, mais c’est tout de même intéressant de constater les détails d’animations du visage et des yeux électroniques qui sont utilisés pour nous faire ressentir de l’empathie pour cet être de métal, qui grandit mentalement dans le film comme un enfant qui apprendrait rapidement à exploiter sa créativité et les problèmes de la vie des gangsters qu’il fréquente, ainsi que la mauvaise influence qu’ils peuvent avoir sur lui.

Il y a encore du boulot

Chappie va découvrir la Thug Life

Si le principe et le personnage principal sont à la hauteur, ce n’est pas la même histoire concernant la construction et l’évolution de cette dernière. Le film peut grossièrement se diviser en plusieurs leçons de vie que va découvrir notre robot, tantôt avec son créateur qui cherche à éveiller sa curiosité et son esprit créatif, tandis que son “papa” gangster veut simplement l’utiliser pour son propre bénéfice; et le problème c’est que tout ceci tourne très vite en rond, car la morale finit par toujours être la même: les méchants sont méchants et les gentils sont gentils, ce qui crée un développement de message sur le bien et le mal très aseptisé et soft pour un film à l’imagerie pourtant loin d’être douce.

Et c’est ça qui m’énerve chez Blomkamp. Ce mec a des super bonnes idées, des concepts très agréables à voir mis en scène sur écran géant. Des effets spéciaux et une façon de filmer assez clean et des personnages qui ont une bonne gueule. On retrouve encore ces éléments dans Chappie et c’est vachement cool, mais malheureusement ses talents d’écriture ne sont pas vraiment suffisants, et j’ai l’impression qu’il se réfugie toujours un peu dans ces fictions à double lecture morale mais qui trouve rapidement ses limites, étant donné que la sensation de déjà vu arrive assez tôt.

C’est vraiment dommage, surtout que les studios font confiance à un mec comme ça et j’ai aussi envie de le voir continuer à développer des idées, mais pour ça il faut qu’il se remette vraiment en question sur certains points qui deviennent des critiques récurrentes. Ça et Hugh Jackman avec un nuque longue, mais ceci est une histoire beaucoup moins sérieuse.

Chappie c'est une très bonne idée, et un (anti-)héro plutôt attachant, mais le film de Blomkamp souffre d'un manque de profondeur dans son scénario et son message qui rend le tout assez inégal. Les idées sont là, et l'émotion aussi, mais il faudra encore un petit effort pour que le cinéaste arrive à pondre un produit qui fera vraiment la différence, et j'ai encore envie de l'attendre ce petit grain de sel.
6.9

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours