Hacker, quand redémarrer ne suffit plus


Vous l’avez peut-être remarqué mais Hacker ou Blackhat en version originale, dernier film en date de Michael Mann, s’est pris une sacrée raclée face aux critiques. Avec un 34% sur Rotten Tomatoes, ce fut avec beaucoup de doutes que j’entrai dans la salle pour constater l’étendue des dégâts. En ressortant, je cherche encore à comprendre pourquoi le film est une telle déception pour la critique alors qu’il a plutôt bien fonctionné pour moi.

On vous avait dit que Norton ça suffisait pas

Même si ici le code est un peu loufoque, la plupart des exemples du film sont propres et convaincants

En Chine, une cyberattaque court-circuite la gestion d’une centrale nucléaire, faisant exploser cette dernière. Quelques jours plus tard, le cours du soja est virtuellement augmenté par une attaque du même type à Wall Street. Un groupe d’experts chinois et américains vont collaborer pour retrouver le blackhat derrière tout ça, et pour y arriver, il vaut mieux embarquer un autre hacker, de préférence celui ayant conçu une ancienne version du programme utilisé lors des piratages.

Michael Mann adopte ici une esthétique moins calibrée que ce que l’on peut voir d’habitude. Se rapprochant presque du style found footage, il réalise son film caméra à la main, avec des plans à la mise au point qui pourrait vous rendre aveugle, pour faire la part belle à ses acteurs et à l’environnement par alternance. Si cela est effectivement troublant sur certains plans, dont le flou parfois très présent peut vraiment créer un manque de lisibilité, les éléments qui sont mis en avant par la clarté du focus sont eux toujours filmés justement, avec des mouvements qui semblent brouillons mais au final tout à fait coordonnés, même lors des scènes de poursuite.

Chris Hemsworth n’aime pas ne pas jouer Thor

Cette bouche entrouverte est la principale expression de Hemsworth pendant le film

Après tout, film d’action c’est une vocation, il faut avoir les bons éléments, montrer les bonnes choses pour sortir du lot, et il en faut encore plus pour être un film sur le hacking crédible. En ayant eu droit à tous les clichés possibles sur les jeunes hackers qui tapent du html pour cracker un serveur de la NASA, ça fait plaisir de voir que Mann connait son sujet et réussit à faire de Hacker un film aux références techniques très crédibles dans sa mise en scène et dans l’objectif poursuivi, faisant usage de techniques crédibles par rapport aux situations rencontrées par nos protagonistes, et utilisant à bon escient des effets visuels en CGI pour expliquer ce qui se passe d’un point de vue informatique dans le système lors d’une attaque. Thriller d’action oblige, on a aussi droit à des fusillades et des poursuites qui sont aussi très sympathiques avec un sound design qui prend bien, malgré un mixage qui fait un peu mal aux oreilles pour les plus sensibles.

Ce qui est dommage par contre c’est que toute cette esthétique, et ce contenu développé, est porté par des acteurs qui n’ont pas vraiment l’air convaincu de ce qu’ils font. C’est très sympa d’avoir mis Chris Hemsworth en personnage principal pour ne pas tomber dans le cliché du hacker geek et frêle, mais bon au final on a souvent l’impression qu’il s’ennuie un peu à jouer, ou à poser lors de quelques scènes où l’on peut l’admirer torse nu. C’est d’ailleurs à se demander comment le film arrive à avancer malgré le manque de conviction. Il faudra attendre le climax final pour qu’il se réveille, tandis que le reste du casting sera oublié car jamais assez intéressant ou développé pour créer de l’empathie. Peut-être à cause d’un scénario qui veut parfois aller trop vite, quitte à faire dans le grandiose un peu trop énorme, qui gagnerait à soit être plus concis, soit à être développé en série pour bien couvrir son sujet.

Hacker a des défauts d'acteurs et de scénario dans l'absolu, mais il reste un divertissement de haute qualité dans le genre. Avec une mise en scène maîtrisée, des choix artistiques audacieux mais payant, de l'action propre et également très documentée dans son sujet, Michael Mann ne réalise pas le meilleur film de sa carrière mais ça reste une bonne expérience.
6.9

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours