Hatred, pourquoi le jeu choque


Vous n’avez pas pu passer à côté, que ce soit il y a quelques mois lors de son premier trailer ou récemment avec les événements sur Steam Greenlight, Hatred est le nouveau jeu polémique du moment. Il faut avouer que le studio ayant eu l’idée de ce concept a visé juste. Tout semble se rapprocher des jeux aux buts un peu borderline, à l’instar de GTA mais surtout de la série de jeux Postal, en y ajoutant un ton plus sérieux avec un protagoniste qui ne souhaite qu’une chose, un génocide d’innocents.

Born To Kill

Autant être très clair là-dessus, le jeu à une valeur choc indéniable qui peut être plutôt dérangeante. Né dans l’esprit d’un groupe de développeurs polonais, Hatred est un jeu nous mettant à la place d’un tueur sanguinaire. Son nom? Peu importe, ce qui est important ce sont ses motivations : une haine envers le monde et l’envie de mourir dans la violence. Ce qui va le pousser à prendre les armes et à aller semer le chaos en tuant des innocents pour simplement accomplir son désir de mort.

Si beaucoup de jeux ont donné la possibilité de pouvoir tuer librement des personnes non impliquées dans le scénario du jeu, comme dans la célèbre série GTA ou également de manière plus tragi-comique  dans la série Postal, la plupart de ces jeux se présentaient comme des mondes ouverts, laissant libre cours aux actions du joueur, ou bien des jeux avec des objectifs plutôt flous. Mais ici le jeu fait polémique car si les œuvres citées précédemment ont eu leurs heures de gloire avec cette liberté d’action, ce nouveau-né dans le genre pousse le bouchon encore plus loin, en faisant du meurtre de civils son objectif et son thème principal.

Le jeu ne fait pas dans la dentelle et présente son univers de façon très sombre

Sortira, sortira pas

Récemment retiré puis réinséré dans le programme Steam Greenlight, Hatred doit-il être censuré au final? Évidemment que non. C’est vrai que le contenu semble vraiment borderline, mais l’énorme problème de la plupart des détracteurs de ce jeu est qu’ils font un jugement hâtif de l’œuvre. Certes c’est très violent et il est possible que le jeu n’ai rien d’autre à offrir, mais sans connaître toute l’étendue du projet, il serait stupide de faire taire un projet qui a peut-être plus à dire qu’il en a l’air.

Après tout, beaucoup de jeux sont à propos de tueries sans le mentionner directement, et c’est la seule grande différence et je pense qu’il y a autant de potentiel à créer un jeu de ce genre qu’un autre type de jeu. Le meilleur moyen d’en être sûr, c’est d’attendre, car au-delà du premier choc se cache peut-être quelque chose de très sérieux et prenant. Au pire, on aura un shooter médiocre avec des PNJ qui ont des réactions de peur que je trouve plutôt convaincantes.

Update:

Suite à une discussion avec un ami à ce sujet sur la page Facebook du site, j’ai pondu un petit commentaire supplémentaire qui je pense a sa place ici, pour bien comprendre mon point de vue sur le fait que je soutienne le jeu dans sa démarche :

“Que l’on soit gêné par le niveau de violence c’est à fait normal, après tout PEGI existe pour protéger les petites âmes sensibles et les jeunes théoriquement.

Après, moi je pense qu’il faut laisser sa chance à toute œuvre avant de pouvoir juger, parce
que la censure de base est un principe malsain, surtout quand le jeu ne présente rien que de la violence, il ne présente pas d’idéologie extrêmes, pas de références à des événements existants, la présentation garde bien le jeu dans son contexte de jeu au final.

Dans tous les cas, il faut laisser une chance à ce jeu. Si Lars Von Trier est dans une démarche artistique en faisant un film sur la sexualité assez cru, je pense qu’on peut faire de même avec le jeu vidéo et le thème de la violence. Et le seul truc qui dérange encore et toujours le grand public, c’est le fait qu’à l’inverse d’un film, on interagisse au lieu d’être simple spectateur, même si comme toujours il n’y a aucune preuve de corrélation entre la pratique du jeu vidéo et nos actes dans la réalité.”

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

2 comments

Add yours

Post a new comment