Hotline Miami, petit jeu est devenu grand


Dans le monde d’aujourd’hui surpeuplé par des indépendants, il est dur de se faire une place, surtout depuis l’avènement de l’Early Access, mais un éditeur a décidé de changer tout ça. Devolver Digital s’est forgé en peu de temps une image de leader de l’indie, et prépare à appuyer encore un peu plus sa domination avec la suite d’un projet au succès inattendu, Hotline Miami.

Thank you for calling Hotline Miami

Pas de fraternité ici, mais des morts et un score à faire gonfler.

La nuit, il rêve de masques d’animaux. Ils viennent lui parler, le questionner sur son existence, sur ce qu’il fait, pourquoi il le fait et quelles sont les conséquences. Beaucoup de questions qui restent sans réponse au réveil pour Jacket, notre héros qui, lorsqu’il ne dort pas, reçoit des messages codés sur sa boîte vocale lui indiquant un endroit à nettoyer par la violence, affublé d’un masque de bête comme dans ses rêves. Une fois la tâche terminée, il tente de se détendre comme il le peut, mais on se demande pourquoi ces meurtres sont commandités, qui contrôle cette Hotline de la violence, et le protagoniste peut même se demander si tout ceci est bien réel.

On a du mal à y croire à première vue mais le scénario plutôt implicite de Hotline Miami expose quand même beaucoup de pistes différentes sur le scénario du jeu, ainsi que le message qu’il cherche à véhiculer. Qui est Jacket, pourquoi obéit-il aux messages laissés sur son téléphone, d’ailleurs comment s’est-il fait embaucher dans ce réseau infernal et quelle est la récompense pour faire le sale boulot ? Sans trop vouloir gâcher le plaisir de ceux qui n’auraient pas encore découvert ce petit bijou de jeu, beaucoup de vos questions resteront sans réponses, car de nombreuses de pistes sont explorées, mais l’œuvre prend le parti de rester dans le flou et de conserver une conclusion très ouverte, ainsi que pas mal de questions sans réponses ou bien laissées à l’interprétation des joueurs, tout aussi perdus dans la brume que les personnages cherchant une explication et des coupables.

Le soft nous laisse dans le brouillard, certes, mais il faudrait être fou pour le bouder pour cette unique raison, car Hotline Miami fourmille de bonnes idées et semble réellement avoir été travaillé à tous les niveaux pour offrir une expérience optimale. À commencer par ses graphismes, certes pixelisés, mais qui ont été utilisés avec brio, pour permettre une bonne fluidité et lisibilité de l’action et bénéficier d’un design arcade qui est ici justifié par l’ambiance générale et le contexte du jeu avant d’être une limitation technique. On ressent également une certaine inspiration des slashers movies à l’ancienne, avec des effusions de sang en pagaille et des meurtres graphiques plutôt sales qui, une fois dans le prisme de ce pixel art, donne l’impression de mater un vieux film d’horreur sur VHS. Les graphismes sont beaux, mais pas de bon jeu sans bon gameplay et Hotline livre ici un super Die and Retry en vue top-down où une seule attaque vous tuera, et il en est de même pour vos ennemis qui sont par contre beaucoup plus nombreux et mieux armés en début de zone. Vous ne pourrez compter que sur l’arsenal trouvé sur les lieux, votre adresse pour repérer et tuer avant que l’autre ne vous voit, les bonus donnés par les différents masques et surtout votre persévérance sans limite.

Vous pourrez cependant vous motiver grâce à la BO qui fixe clairement l’époque. Soyez parés à plonger dans le monde acidulé et violent des nuits américaines des années 80. Inspirées également du film Drive, les musiques vous entraîneront tantôt dans un trip sous LSD, calme et relaxant, tantôt dans un excès de violence qui vous poussera à chercher le moyen le plus efficace pour éliminer tout une garnison de sales types. Composées entre autres par Perturbator, M.O.O.N., Scattle et bien d’autres, les synthés vont vous retourner le cerveau pour vous immerger totalement dans ce monde.

Un retour très attendu

La suite répondra-t-elle enfin à toutes nos questions?

Maintenant que les présentations sont faites, il est temps de se mettre à jour sur la situation actuelle. Hotline Miami a été un franc succès populaire et commercial avec un statut cultes et des portages Mac et Linux ainsi que sur toutes les consoles récentes de Sony, PS3, PS4 et Vita. Il est aussi important d’un point de vue personnel car il a fait naître en moi un certain amour pour la Synthwave, plus médiatisée depuis le succès du morceau Nightcall de Kavinsky. Mais aujourd’hui est un grand jour pour les joueurs de ce jeu.

Une suite fut annoncée un mois après la sortie du premier opus, en tant que DLC, mais l’importance que prit le projet poussa leurs créateurs à se remettre au boulot pour de bon, motivés d’après leurs déclarations par l’écoute de morceaux qui feraient partie d’une BO provisoire à l’époque. Le projet a mûri dans un certain silence, mais il est finalement revenu en force après une présentation plus officielle à l’E3 2013 mais sans grand remous, mis à part quelques problèmes suite à une scène jugée choc présentée en démo, mettant en scène un viol, qui a coûté la commercialisation du jeu en Australie.

Et aujourd’hui l’heure est grave mes amis. Publié le jour même sur Twitter, un numéro de téléphone a été diffusé au public via le compte officiel du jeu. Devolver et Dennaton, toujours adeptes du teasing, n’ont rien laissé au hasard. Un appel sur ce numéro permet d’entendre un message trouble mentionnant le mot “March” correspondant au mois de Mars, et l’extension du numéro de téléphone étant le numéro 10, le rendez-vous semble prit pour le 10 Mars 2015. Donc sortez les masques et les battes de baseball, Hotline Miami revient, encore plus violent à souhait avec le sous-titre Wrong Number.

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

1 comment

Add yours
  1. GreyRC 5 février, 2015 at 17:20 Répondre

    Il faudrait vraiment que je le fasse ce jeu…

    Aller pour le coup, un ch’ti nightcall, “trip calme sous LSD”. <3

    Le teasing de "Wrong Number juste génial. (y)

Post a new comment