Interstellar : La seconde conquête spatiale


Oui oui oui, vous l’avez tous entendu, moi aussi, le nouveau Christopher Nolan est arrivé. Et pour beaucoup aujourd’hui,  ce réalisateur est considéré comme l’un des nouveaux génies du cinéma. Bien que sans être autant élogieux envers le personnage, il faut admettre qu’il a un certain talent. Après avoir bouclé sa trilogie sur le mythique Batman, on le retrouve de nouveau derrière la caméra pour Interstellar, qui nous fait revivre la course à l’espace mais à une époque plus sombre.

Nolan est né sur Terre

L’identité visuelle rappelle beaucoup de classiques du genre.

Dans un futur où la terre commence à mourir à cause d’une crise alimentaire et des dérèglements climatiques, Cooper, un ancien pilote et ingénieur aérospatial reconverti en agriculteur, découvre un jour que malgré les dires du gouvernement, la NASA prétendue fermée existe toujours et dirige en secret des opérations d’exploration spatiales destinées à trouver une nouvelle planète où habiter. Notre héros, ayant travaillé dans le domaine, est naturellement recruté pour faire partie de la prochaine expédition, et abandonne sa famille pour trouver un moyen de les sauver.

On parle espace donc évidemment on attend des visuels exceptionnels, et Nolan ne déçoit pas à ce niveau. Les plans sont superbement cadrés, c’est le moins que l’on puisse attendre d’un réalisateur avec une telle réputation, mais l’ensemble est également très recherché. L’espace nous fait perdre le sens de proportions et alterne entre les étendues étoilées et le noir total, tandis que les planètes explorées ont des caractéristiques variées et des décors impressionnants, et la terre quant à elle est peu accueillante et semble presque sans vie.

Mais il ne veut pas y rester

L’espace se réserve les plus beaux plans du film.

Matthew McConaughey mène le casting avec intensité, en nous offrant un protagoniste touchant et avec les pieds sur terre (sans mauvais jeu de mots). Le reste des acteurs remplissent parfaitement leur rôle et certaines apparitions sont plutôt appréciables. L’histoire et l’univers sont quant à eux bien amenés, le film reste vague sur la période où il a lieu, ce qui laisse une bonne liberté sur l’aspect technologique. Je ne vais par contre pas trop détailler la trame du film, qui est très facile à spoiler et chaque moment est plus savoureux en ayant très peu de connaissance sur ce qui se passe durant l’aventure.

Je vais quand même faire quelques remarques sur le scénario et surtout du point de vue des théories abordées ou imaginées sur l’espace et de science en général. Le film aborde beaucoup de sujets sur le fonctionnement de l’espace, nombre d’entre eux sont à l’état de théorie mais sont exploités dans le film, rien de forcément grave à part faire tiquer les plus minutieux sur les détails. Par contre certaines sont utilisées simplement pour débloquer une situation et parfois survolées ou manquant cruellement de logique, peut-être dû au rythme du film,qui, malgré sa durée, semble manquer de temps pour tout expliquer.

Avec un grand film, vient plus de rigueur de ma part, et Nolan n'échappe pas à la règle. Le film est sublime visuellement et très créatif, avec un ensemble d'acteurs qui ne manquent pas de talent. Le scénario est plutôt bien amené et construit un futur proche intéressant, mais souffre d'un manque de logique, surtout concernant le dénouement final. Mais ça reste un très beau moment, avec ce film qui à le mérite d'être bien maîtrisé et remplir la plupart de ses objectifs, et on n'en attendait pas moins.
7.6

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours