Les Gardiens de La Galaxie, c’est exactement ce que vous attendez


J’avais envie de croire à une petite révolution dans l’univers Marvel, certes les gardiens de la galaxie ne semblait pas le film idéal au départ mais certains éléments sentaient bon le blockbuster teinté de space opera. Malheureusement, le film reste avant tout une licence de comics (que je ne connaissais pas du tout d’ailleurs) mais ne vous inquiétez pas, on a quand même droit à un moment bien sympathique.

L’objet de toutes les convoitises

Faites entrer le MacGuffin

Peter Quill, une sorte de chasseur de trésors ayant trahi le groupe de voleurs dont il faisait partie et mit la main sur un objet dangereux et inestimable pour le compte d’un client, découvre que l’artefact qu’il a récupéré possède une grande énergie, que le maléfique Ronan compte utiliser pour contrôler et détruire l’univers. Pour éviter que cela n’arrive, il doit faire équipe avec Rocket et Groot, deux chasseurs de primes qui étaient à sa recherche, Gamora, fille de Thanos ayant trahi ce dernier et Drax, une brute aveuglée par son désir de vengeance envers Ronan, responsable de la mort de sa famille.

L’univers dans lequel évoluent les gardiens a vraiment de la gueule, on retrouve plein d’endroits qui rappellent d’autres œuvres du genre spatial tout en gardant une certaine identité, portée par l’univers sorti du comics et les personnages. Une prison haute sécurité, une cantina mal fréquentée, des vaisseaux géants, une cité futuriste, bref le top. Tout ça toujours accompagné d’une ambiance et d’un style visuel toujours très bien définis et efficaces, les vaisseaux ont monstrueusement la classe et la faune de chaque endroit visité est représentative de l’endroit, bref tout l’univers et l’ambiance envoient du lourd.

Des vaisseaux, des combats aériens… On en veut encore plus tellement c’est beau

Entre Star Wars et Marvel mon cœur balance

Je souhaiterais presque à ce moment que le film ne soit qu’une œuvre lambda, non rattachée à Marvel, car je trouve qu’une bonne quantité du potentiel est gâché par le fait que le film doive s’inscrire dans la mythologie des films de comics du studio. Je ne sais pas si les personnages et les histoires de la BD sont similaires à ceux du film mais en tout cas, on a toujours la sensation d’être en train de suivre un truc qui semble à tout moment indiquer son appartenance au reste de la filmographie, comme la présence de Thanos ou la collection d’objets du Collectionneur sur laquelle on finira par revenir presque à coup sûr. Tous ces petits détails semblent brider l’action qui reste toujours concentrée sur sa trame principale à propos de l’artefact surpuissant, sans jamais nous faire rêver sur l’univers lui-même.

Bien sûr ce ne sont que des détails, mais on ne peut s’empêcher de sentir que le film se cantonne presque à n’être qu’un autre blockbuster Marvel, alors qu’il pourrait être bien plus. Cela se voit aussi dans le rôle que tient chaque membre de l’équipe, on retrouve pas mal d’archétypes qui tombent parfois dans le cliché ou dans le ridicule. Chris Pratt, jouant Quill, alterne entre le rôle de leader charismatique et celui de comique relief dans des moments inappropriés, le duo Rocket/Groot forment le sidekick humoristique le reste du temps et leur collaboration s’assimile tout de suite au typique cerveau sans ressource physique accompagné de son idiot musclé, tandis que Drax, incarné par Baptista, un catcheur, sert de brute à la répartition limitée et enfin Gamora joue la femme mystérieuse. Un bien triste sort pour une bande d’anti-héros qui aurait gagné à être plus originale, malgré quelques surprises comme Bradley Cooper et Vin Diesel doublant Rocket et Groot, alors qu’on les aurait plus vu jouer les héros de service plutôt que d’être cantonnés à un doublage de personnages atypiques.

Néanmoins l’ensemble fonctionne assez bien et même si l’on reste bloqué dans une production très ancrée dans les traditions du spectacle grand public, la réalisation et l’univers sont assez originaux pour nous faire rire, mettre un petit coup de pression et également nous faire rêver d’une suite où tout mes rêves de combat spatiaux épiques pourront peut-être se réaliser.

Film7.6
Gardez en tête que les Gardiens de la Galaxie sont avant tout des films Marvel, ça se sent et le studio garde bien le contrôle de sa filmographie, en restant dans l'efficace, en manquant peut-être un peu d'audace. Mais ce serait cracher sur le film que de ne pas reconnaître qu'il fait son boulot et parfois plus, en ajoutant dans son mélange une pointe de space opéra très appréciée qui forme un univers parfaitement adapté pour des aventures spatiales, et dont on reprendrait bien un bout.
7.6

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours