Petit Bilan de 2014 et cap sur 2015


Dans la grotte de Kuro on a fait la fête comme partout ailleurs, à ce propos bonne année à toutes les ( pour l’instant rares) personnes qui liront cet article et qui suivent mon site. Vu que certains d’entre vous digèrent encore leur fois gras, que la reprise est dure, même pour moi, faisons un petit bilan de ce qui a été bon selon moi en 2014, mais aussi de ce qui l’a été moins.

Le bonheur dans les jeux, le malheur dans l’industrie

Je vous en ai suffisamment parlé je pense, la façon dont s’est comporté l’industrie du jeu vidéo ces derniers temps a été plutôt décevante. Des consoles à la traîne et sans saveur, des studios flemmards, un ressenti général qui pourrait nous faire penser à ce qui a provoqué le krach du jeu vidéo en 1983, mais ne soyons pas si négatifs non plus, tout n’est pas rose certes mais on est encore loin d’une situation fatale avec la croissance en terme de créations variées que connait le secteur.

Et au final je me suis pas mal régalé cette année, avec parcimonie bien sûr et je pense que les contraintes budgétaires font qu’au final, j’ai dû bien choisir mes jeux pour ne pas être trop déçu.

Arrive en tête bien sûr le dernier Wolfenstein, qui a su faire revivre une licence qui semblait un peu paumée, avec la dose de nouveauté qu’il fallait pour rajeunir la série tout en conservant le feeling ancienne école que j’ai adoré.

Suivi de près par The Wolf Among Us qui m’a montré que Telltale pouvait réitérer la performance scénaristique de The Walking Dead… avant de me décevoir avec la saison 2 de ce dernier.

Cette année s’est également terminée en beauté avec Shadow Of Mordor, du Batman/AC mais en terre du milieu, et avec un système de Nemesis très bien trouvé et qui m’a rendu accro malgré le scénario un peu bancal et, il faut l’avouer, un léger manque d’originalité parfois.

Bien entendu, il y a encore d’autres coups de cœur, comme Hatoful Boyfriend, la ressortie des jeux Humongous, certains dont je n’ai pas eu le temps de parler ; mais j’ai beaucoup apprécié le dernier Mario Kart sur Wii U, et malgré le gameplay je reconnais que Alien Isolation a un système de jeu qui peu plaire et reste magnifique d’un point de vue ambiance et artistique. Titanfall quant à lui n’est pas à oublier non plus, car c’est un jeu qui semble avoir perdu toute sa popularité en une vitesse éclair, c’est fort dommage puisque le jeu en lui-même est excellent.

Il y a eu quand même quelques déceptions en 2014.

La première fut le jeu Daylight, le précurseur de Unreal Engine 4 qui n’était qu’une copie de Slender avec un moteur pas franchement bien exploité, ce qui est dommage car j’ai apprécié les dernières minutes du jeu lorsque celui-ci se détachait des mécaniques déjà vues et tentait de forger sa propre narration, mais beaucoup trop tard malheureusement.

Au niveau au dessus, on peut trouver le Call Of Duty de Sledgehammer Games : Advanced Warfare. J’avais décidé de faire confiance à cette fraîche équipe et à Kevin Spacey aussi, tout semblait montrer un changement dans la licence mais au final pas grand-chose. Le moteur graphique n’est pas si différent dans les détails en jeu, je n’avais pas cette sensation de Unreal Tournament vantée par les médias, et enfin un scénario en dessous de ce que j’avais ressenti en terminant Black Ops II. Ajoutez à ça les problèmes de serveurs multi et le DL de 40 Go (hého c’est la campagne ici les mecs), c’est quand même un gros regret.

Mais vous vous en doutez, la médaille d’or cette année est attribuée au catalogue AAA des studios Ubisoft. Si les titres plus modestes comme Child Of Light et Soldats Inconnus semblent bénéficier d’une réalisation correcte, les Watch_Dogs, Assassin’s Creed, The Crew et autres Far Cry dans une certaine mesure, ont subi une très mauvaise médiatisation et il faut donner raison aux détracteurs : Bullshots à répétition, développement chaotique, mépris du PC et sorties catastrophiques pour les grosses productions de la boîte qui mérite son carton rouge.

1 2

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours