Soldes Steam, Jour 4


En ce quatrième jour béni de promos à foison, je vous propose de faire un petit aperçu de plusieurs jeux qui ont attiré mon œil vif pendant ou même avant ces soldes steam, pour vous permettre de dilapider vos économies en toute sécurité pour me lapider plus tard à cause d’un mauvais choix de jeu.

The Wolf Among Us

Depuis fin 2012, on ne présente plus le studio Telltale Games. Leur adaptation du comics The Walking Dead a fait vibrer la presse spécialisée et les joueurs en ressuscitant le genre du point & click et en mettant le paquet sur les interactions entre le joueur et les PNJ, dans un scénario bien ficelé avec une écriture assez remarquable. Après le raz-de-marée de Game Of The Year Awards qu’a reçu cette oeuvre vidéoludique, on attendait de pied ferme le nouveau projet du studio. Se reposant toujours sur des franchises, c’est le comics Fables qui a maintenant droit à son adaptation made in Telltale.

Dans Fables, les créatures de contes de fées ont quitté leur monde merveilleux pour vivre parmi les humains dans le New-York contemporain en prenant une apparence humaine, s’identifiant comme la communauté de Fabletown. Le jeu de Telltale suit le shérif Bigby Wolf, l’ancien grand méchant loup, qui tente de faire régner l’ordre dans Fabletown et qui fait face à une série de meurtres teintés de corruption, touchant l’administration de la communauté des créatures fantastiques.

On retrouve exactement la patte de l’équipe dans cette nouvelle franchise, avec des interactions et choix moraux qui peuvent être tout aussi cruciaux, mais également une écriture qui se rapproche plus du roman noir avec un rythme plus posé et glacial, offrant une ambiance différente que j’ai très très appréciée, avec un personnage principal charismatique et auquel on s’attache jusqu’à adhérer à la logique que l’on décide d’appliquer tout au long de l’aventure : régler les problèmes de façon conciliante ou forcer l’application des règles, quel qu’en soit le coût.

Je ne peux que vous conseiller ce jeu si vous aimez les point & click ou si vous avez déjà tâté d’un jeu Telltale, c’est un jeu à la difficulté très accessible dont la grande force est une narration et une écriture maîtrisée de bout en bout, des choix de dialogues qui nous touchent de plus en plus au fil du temps, et une ambiance de rêve pour les fans de polar sombre. Les quatre premiers épisodes de la saison sont déjà sortis et le 5e devrait arriver au cours du mois de juillet.

Outlast

Une nuit sombre, une voiture qui s’enfonce dans une allée, un hôpital psychiatrique qui semble abandonné, tout ce beau mélange sent bon le cliché de film d’horreur. Le point de départ d’Outlast ne brille pas par son originalité certes, mais il se dégage de ce titre une ambiance oppressante qui nous poursuit du début à la fin, le jeu joue avec nos nerfs en nous proposant toujours des situations où le moindre bruit nous fait tressaillir, jouant facilement sur le manque de lumière et la vision nocturne offerte par le caméscope, principale source d’éclairage pour notre héros.

On pourrait hurler au screamer facile, mais Outlast ne fait pas dans ce sous-genre de peur facile. Même si le jeu prête au sursauts, tout est toujours construit autour d’environnements glauques, de personnages aux réactions et discussions inquiétantes (asile de fous oblige) et une obscurité qui cherche à éveiller une des peurs les plus basiques : la peur de l’inconnu. On se retrouve au final avec un jeu qui nous garde inquiet jusqu’au bout avec toujours la même intensité, malgré quelques répétitions qui peuvent faire chuter légèrement le rythme, comme les phases de poursuite qui deviennent monotones et un final qui peut décevoir.

C’est tout de même une bonne expérience à recommander pour une petite soirée détendue en compagnie de fous.

Metal Gear Rising

Je ne connais pas très bien la série Metal Gear, mais il y a une chose dont je suis sûr, c’est que MGR : Revengeance est un très bon défouloir. Né sous la direction de Kojima et développé par Platinium Games, assez expérimentés dans le Beat Them All avec entre autres Bayonetta et Madworld, ils pondent ici un jeu dans la même veine, au gameplay assez simple mais efficace, mettant à l’épreuve nos réflexes plutôt que notre technique de combo et qui se révèle assez jouissif.

On incarne Raiden, personnage controversé ayant pris le rôle de personnage principal pour Metal Gear Solid 2, qui est devenu un cyborg ninja découpant tout sur son passage pour le compte d’une société militaire privée spécialisée dans la défense, et qui part à la recherche de cyborgs d’une société concurrente plus orientée vers l’offensive et la soif de guerre.

On manie le personnage avec une grande fluidité, les attaques s’enchaînent facilement, les ennemis sont coriaces et demandent un timing parfois très serré pour les contrer. La mécanique de jeu la plus sympathique est un système de bullet-time pour découper tout et n’importe quoi avec notre sabre, permettant d’attaquer des points faibles de nos ennemis ou de tout simplement faire un carpaccio de cyborg.

Tout ceci accompagné de thématiques sur la guerre, de boss de fin de mission plus ou moins ardus, et d’une bande son electro-rock assez énergique pour rythmer nos séances de découpage. MGR est un excellent BTA pour ceux qui veulent se défouler avec le style de Kojima, quelques pointes d’humour, une réalisation très inspirée du cinéma et les enjeux de la guerre au centre du message. Le jeu est également un portage PC très correct, offrant un lot d’options graphiques assez conséquent, un rendu optimal et peu de problèmes de performance, je salue l’effort de Platinium Games, d’autant plus que c’est assez rare de voir leurs jeux portés sur PC.

Sur ces bonnes paroles, passez de bonnes soldes, dépensez responsable, bon jeu à tous et à bientôt.

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours