Star Wars 7 se repose sur ses acquis


Ça y est, on peut arrêter de hyper le truc, Star Wars 7 est enfin sorti. Les gens les moins chanceux vont devoir se boucher les oreilles pendant quelques jours ou semaines, et les autres comme moi ont enfin vécu ce qui était annoncé comme THE FILM. Et au final quoi ? Ben c’est cool, très cool même, mais il y a une petite sensation de déjà vu.

Que la force soit dans les SFX

Rey et Finn incarnent la relève des héros de l’ancienne génération

Alors que Luke Skywalker a disparu, Le Premier Ordre est né des cendres de l’Empire et veut faire en sorte que le côté obscur règne sur l’univers, profitant de l’absence de Jedi dans le monde. Face à eux, La Résistance est à la recherche de Luke pour créer un nouvel ordre Jedi. Après l’arrestation d’un pilote résistant, les seules infos permettant de retrouver Skywalker se trouvent dans un droïde récupéré par Rey, une jeune fille vivant sur la planète Jakku qui va devoir remettre ses infos à la Résistance, avec l’aide de Finn, un Stormtrooper déserteur.

Après la prélogie qui a déçu et déchaîné les internets, on retrouve enfin l’univers Star Wars tel qu’on l’aurait souhaité en 1999, pas pour avoir droit à une origin story sur Anakin, mais savoir ce qui s’est passé après le retour du Jedi. En reprenant le flambeau, J.J. Abrams veut être le digne successeur de la mythologie de Lucas et il ne se débrouille pas si mal. Il fait bon de voir que ses promesses de réalisme dans la réalisation ont été tenues, voir des explosions pyrotechniques, des maquettes et des animatronics au lieu de CGI qui ressortent trop d’une scène, c’est un grand plaisir pour les yeux et donnent un vrai sentiment de présence pour tous les éléments de la scène.

Bien sûr il faut parfois un peu d’images de synthèse pour les batailles, surtout aériennes, mais la qualité n’est pas en reste à ce niveau avec une bonne lisibilité de ces scènes tout en étant suffisamment riches en détails. C’est en gros le juste milieu qui manquait à George Lucas et qu’on a moqué ces derniers temps, concernant la densité de détails des siennes. Mais Abrams ne se sépare pas non plus de ce qui faisait Star Wars, loin de là.

Je sens un manque d’inspiration

Voici les terribles Stormtroopers de l’Empi… Heu du Premier Ordre

Les personnages emblématiques sont bien présents et la première apparition du Faucon Millénium ou de Han Solo provoque un petit pincement au cœur très agréable. Mais au-delà du retour des personnages comme Solo, Leia ou Skywalker, le côté nostalgique prend un peu trop le dessus au fur et à mesure que le scénario avance et que le flambeau est passé à la nouvelle génération représentée par Finn et Rey.

On se rend compte que ce Star Wars, aussi beau et efficace qu’il soit, se repose énormément sur des valeurs sûres. Peut-être par peur du backlash après tant de bruit, ce Star Wars 7 sonne comme une nouvelle version du meilleur la trilogie originale pendant 2h15 sans que l’on soit témoin d’une énorme surprise scénaristique. Les mêmes objectifs, les mêmes scènes avec de nouveaux personnages, on retrouve les mêmes schémas de narration, si bien qu’on pourrait croire que le scénario vient parfois d’une copie d’Un Nouvel Espoir avec juste un changement de nom.

Star Wars 7 c'est un peu le film qu'on aurait pu attendre à la place de La Menace Fantôme, ce qu'on attendait d'une suite, l'après Dark Vador dans l'univers Star Wars. Mais par peur des critiques de fan ou pour assurer le succès de la trilogie, le scénario ressemble trop à des moments de la première trilogie. Un manque d'audace scénaristique qui ne retire pas toute sa splendeur à un bon divertissement de fin d'année et qui respecte l'héritage de la saga. Mad Max reste quand même le film de l'année.
7.8

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours