Suicide Squad (2016)


Je me considère plus proche de DC que de Marvel de manière générale. Detective Comics m’a en effet plus souvent charmé grâce à ses films d’animations et séries animées de bonne qualités. Pourtant je ne comprends vraiment pas ce qu’ils veulent faire avec leur univers cinématographique, et Suicide Squad le montre bien.

À la mort de Superman, Amanda Waller veut mettre en place une force X composée de super-méchants. Son objectif : répondre aux menaces dans des opérations non officielles. Leur première mission sous contrainte sera d’aller contrôler le chaos créé par l’un de leur membre qui s’est retourné contre eux.

Is this real life?

Clarifions tout de suite une chose : Ce film n’est pas un film de super-méchants. C’est un film de super-héros qui, de temps en temps, se sentent obligés d’être vilains pour montrer qu’ils sont méchants. Même hors de l’emprise de l’armée, ils finiront pas sauver le monde car c’est la bonne chose à faire. Même si cela implique de risquer leur vie en dehors de leurs intérêts.

Il faut dire que dans Suicide Squad, le ton est toujours très divisé. Le film ne semble pas vraiment savoir si il veut être comique et acidulé, sombre et violent, dramatique et tragique. Du coup au final et bien on a un zeste de tout ça en même temps. Le tout mélangé par un montage qui ne dégage aucune émotion autre que le tournis dans sa première partie, frénétique et avec beaucoup de cuts, et suivie de l’ennui de la seconde partie qui se révèle être trop lente pour dynamiser les personnages.

La faute également à une caractérisation expédiée dans les premières minutes dans un montage épileptique aux couleurs de chaque protagoniste. Trop chargées et anecdotiques, elles n’apportent aucun intérêt narratif. Il y a fort à parier que ce sont d’anciennes scènes complètes pour introduire les personnages qui ont été réduites à ces résumés de quelques minutes maximum. Si ce n’est pas leur présentation, c’est leur absence d’importance dans l’action ou leur manque de charisme qui les rendra insignifiants. Le seul se démarquant du lot étant El Diablo qui ne prend pas de grands airs et qui, en restant muet, dégage plus de sympathie que le reste de la troupe.

Je suis folle parce que je tire la langue, CQFD

Is this just a bad movie?

Car Suicide Squad est un naufrage créatif malheureusement. Même si comme moi vous avez évité Batman Vs Superman, vous avez entendu parler des problèmes que contenait ce film. Il y a fort à parier que ce sont les critiques négatives de BvS qui ont poussé le studio a prendre plus de contrôle sur ce long métrage. Tout ça dans le but de remplir le cahier des charges du blockbuster de super-héros de l’été. Pas facile cependant, quand on a un réalisateur qui a un minimum de vision comme Ayer et qui veut avoir son mot à dire sur le montage final.

L’exemple parfait se trouve dans les nombreuses scènes coupées du Joker, utilisées lors de la promotion. Ne vous inquiétez pas tout de même, sa caricature de gangsta fou et amoureux est largement oubliable. Ses interventions m’ont évoqué les clips de Marilyn Manson, mais pas son humour macabre, ni le côté dérangé. Le pire, c’est qu’elles sont anecdotiques et inutiles à l’intrigue, surtout vu le twist présenté en fin de film.

Bref beaucoup de bruit pour pas grand-chose et on commence à s’y habituer malheureusement. Partagé entre les vœux du réalisateur et ceux du studio, le mélange ne prend pas du tout. Action molle et peu imaginative, personnages plats voire risibles et aucune once d’anti héroïsme dans leur comportement. Un produit bien aseptisé qui plaira à ceux qui n’ont que très peu de standards concernant les films de comics.

Enregistrer

Je ne comprends vraiment pas ce que veut faire DC avec son univers cinématographique, je pense que les dirigeants du studio non plus. Suicide Squad en est une preuve parfaite avec sa production chaotique et son manque flagrant de vie et de passion qui ne pourra pas être compensée par les maigres instants agréables du film.
4

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours