Sword Art Online. Anime/Pétard mouillé


En terminant le visionnage de la première saison de Sword Art Online, qui inclut deux arcs narratifs, je pensais qu’il fallait que je regarde la série à nouveau. Je ne pouvais pas imaginer un résultat d’aussi bas niveau après les critiques très positives de mes proches, et je pensais donc avoir loupé quelque chose, mais vraiment non, rien n’y fait. Et pourtant j’avais envie d’apprécier cet Anime.

Bienvenue dans Sword Art Online, préparez vous à y rester

Oui faut l’admettre c’est bien dessiné, c’est classe.

Kazuto est un jeune asocial qui passe beaucoup de temps sur les MMO de réalité virtuelle, son aventure commence dans le MMO Sword Art Online le jour du grand lancement après avoir été un des chanceux à participer à la beta. Mais une fois connectés dans ce monde nommé Aincrad, les joueurs se retrouvent coincés dans le jeu par le game designer, qui transforme ce simple divertissement en jeu de la mort. Pas de respawn, une mort dans le jeu = mort réelle et aucune possibilité de déconnexion par le menu ou en se faisant enlever le casque de VR de force, sous peine de mort instantanée. Pour se libérer, tous les joueurs doivent s’unir pour compléter les donjons de chacun des 100 étages qui composent la map du jeu. Kirito, de son pseudo, est bien déterminé à jouer un rôle dans cette libération, grâce à son expérience de la beta.

Alors avant de jouer les casseurs d’ambiance, il faut quand même admettre que tout n’est pas à jeter dans SAO, et je commence en parlant de la direction artistique générale qui je trouve est pas mal fichue la plupart du temps, surtout pour les extérieurs, car on retrouve beaucoup d’éléments nous rappelant des endroits typiques de MMO et dessinés d’une façon qui retransmet bien l’ambiance du lieu. Quand ça pète pas carrément la rétine, avec des décors qui ne font pas dans la demi mesure niveau grandeur, même si parfois le dessin la joue parfois paresseuse avec des donjons pas inspirés et qui contrastent trop avec le ton général.

Personnages au rabais

Je peux résister à plein d’attaques sans même vaciller parce que je suis le héros.

Les personnages au contraire ne bénéficient pas du même traitement, mais le résultat n’est pas vraiment mauvais, je le trouve juste plutôt plat: avec un héros aux cheveux noirs et habits noirs pour montrer qu’il est trop sombre,  les personnages féminins ont aussi une garde-robe plutôt limitée et qui les met souvent en valeur, car toutes les femmes que rencontre Kirito dans SAO sont de superbes filles. Mais les personnages ont de plus gros défauts que leur design, et on y arrive tout de suite.

À part Kirito et à l’extrême limite Asuna, une joueuse dont notre protagoniste va tomber amoureux, il n’y a aucun personnage qui joue un rôle particulier dans le scénario. Beaucoup de personnages support, pour montrer que c’est quand même un MMO avec 10 000 joueurs connectés et qu’ils viennent aider dans les combats, mais l’action se concentre totalement sur Kirito sans même donner un semblant d’importance à d’autres persos. Après je ne pense pas que ce soit plus mal, vu le niveau d’écriture et de développement des personnages.

Le héros dispose de très peu de traits de caractère et de background et rien n’est développé quasiment sur lui au long de l’aventure, mis à part son côté asocial et le fait que ce soit une bête des MMO. D’ailleurs, on ne se gêne pas pour le montrer dès les premiers épisodes comme un héros qui tue tous les boss sans l’aide de personne, mention spéciale pour le 4ème épisode où il explique qu’il est totalement cheaté, après qu’un groupe de 7 tueurs de joueurs s’attaque à lui en même temps. Et c’est complètement idiot, parce qu’un personnage aussi renfermé et dont, à aucun moment, on ne constate la progression ne nous fait ressentir aucune empathie.

Beaucoup de larmes pour pas grand-chose

On se connait depuis hier mais je suis amoureuse de toi Kirito, véridique.

Comme le personnage principal n’a besoin de personne, les secondaires n’existent que pour exacerber le côté isolé de Kirito qui semble toujours froid (oui les habits noir, peu de paroles, trop sombre etc…) ou bien dans pas mal de cas et c’est encore pire, créer du drama pour tenter de donner un enjeu à tout ce bazar. Car oui, beaucoup de personnages n’apparaissent que le temps d’un épisode et soit on a droit à un épisode mielleux où Kirito décide subitement d’aider une fille, parce que faut sauver le monde mais on n’est pas pressé, fille qui d’ailleurs va tomber amoureuse de lui car le show n’est composé que de tsundere qui fondent devant notre protagoniste; soit on aura droit à des gens qui vont mourir pour donner à Kirito une raison de se battre, celle de lutter pour ne plus jamais perdre ses amis, notez l’originalité de la chose.

D’ailleurs il y a encore des choses à dire pour conclure sur les personnages et la drama value comme j’aime l’appeler. Le problème qui survient parfois avec ce souhait de créer de l’enjeu ou de l’émotion avec des éléments dramatiques, c’est qu’ils sont parfois complètement ridicules, comme le personnage haut niveau tombé au combat à cause d’une trop grand confiance et qui a le temps de faire un speech sur le courage et le travail d’équipe avant de mourir, ou bien encore plus stupide, celui qui se suicide après avoir perdu les membres de sa guilde. Autant avant le suicide, tu avais une chance de survivre en attendant que des PGM finissent le jeu, maintenant ça va être plus compliqué.

Un environnement chaotique

Kirito est le seul joueur à avoir des compétences de double épées, si c’est pas l’élu lui…

Maintenant que le règlement de compte point par point est fait, concentrons-nous à nouveau. Je pense qu’en élargissant un peu notre vision des choses suite à ses défauts, on peut cerner la problématique principale de Sword Art Online : l’univers n’arrive pas à fixer ses règles. Il est très difficile de prendre tout ce qui se passe dans cet Anime au sérieux car rien n’est précis et tout s’entremêle, alors que c’est important de fixer des règles de cohérence, et ça devrait l’être tout autant dans une histoire qui parle d’un MMO qui, même en étant en réalité virtuelle, doit avoir ses limites.

Pourtant ici, on se demande dans plusieurs scènes pourquoi tel événement se passe comme ça, pourquoi Kirito arrive à exécuter une technique qui semble inconnue de tous, en prononçant parfois le nom de l’attaque, parfois non. On se questionne donc constamment sur le pourquoi du comment c’est possible et que ça n’arrive que maintenant, le studio en charge du projet ayant envie de faire une montée en puissance de l’action au détriment du bon sens, pour créer au final ce qui n’est qu’un divertissement qui repose en grande partie sur le postulat “regardez, un Anime qui vous fait rentrer dans un MMO, avec un héros auquel au s’identifie (trop) facilement c’est cool non?”.

Conclusion

Mais je voudrais rester sur une note positive parce que je suis déçu de ressentir autant de malaise pour cette production, car oui j’aurais aimé qu’on me fasse rêver avec une histoire dans un MMO, et pour relever un truc que je trouvais très chouette dans la première histoire, laissez-moi parler de sa suite directe un instant. L’arc narratif numéro 2, Alfheim Online, ne fait qu’exacerber les défauts énumérés au-dessus tout en crachant sur le principe même de la série, n’utilisant le jeu comme contexte juste pour rester dans le contexte. Car le jeu ne sert à rien dans cette histoire, plus d’enjeu de survie, rien, le héros veut juste passer par le jeu et régler ça lui-même plutôt que d’appeler la police ou une personne compétente du monde réel.

Alors que cette dimension de détention forcée dans l’Aincrad, où les gens doivent se mettre à vivre comme ils le font à l’extérieur, permettait de mettre en scène beaucoup de trucs qui semblent parfois simples mais très sympathiques dans la vie virtuelle d’un jeu en ligne. La préparation de la nourriture, les guildes qui s’organisent, les visites dans les boutiques. Je pense que cette Japanimation aurait gagné à vraiment plus se concentrer sur son sujet, quitte à en rire un petit peu en faisant référence à ce qui semble parfois bancal dans les MMO d’aujourd’hui, comme les PNJ qui se répètent, et créer un groupe de personnages variés plutôt que de tout remettre entre les mains d’une seule personne.

Sword Art Online englobe tout ce qui est mauvais dans la Japanimation aujourd'hui avec ses personnages et ses enjeux clichés et surtout qui passe à côté de son sujet de départ en loupant une bonne occasion de vraiment exploiter les univers en ligne comme contexte d'histoire, et c'est fort dommage car on aimerait tant voir ce genre de choses avec une bonne mise en scène.
4

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours