X-Men : Days Of Future past, Retour vers le futur?


La série X-Men nous a habitué à pas mal de hauts et de bas, les épisodes cinématographiques ayant eu une qualité très variable, pourtant j’étais très optimiste de voir un nouvel opus sortir cette année. Tout d’abord la présence à la fois du casting original et de celui de X-Men le commencement m’enchantait déjà, car ces 2 brochettes d’acteurs me plaisaient beaucoup. Ensuite le retour de Bryan Singer à la réalisation, après avoir oeuvré sur les 2 premiers films et qui tente maintenant de faire mieux que Matthew Vaughn à qui l’on doit le préquel qui a su redorer le blason des fameux mutants après le moins glorieux X-Men Origins et qui sera suivi du très correct Wolverine. Alors au final, Days Of Future Past est-il plus “Origins” ou “Le Commencement”? J’ai envie de dire ni l’un ni l’autre, mais c’est tout aussi bien.

On passe à la vitesse supérieure

“Oui oui, je suis dans film je vous le jure”

Le film s’ouvre de la même façon que les deux premiers volets, Bryan Singer à décidé de bien marquer son retour en utilisant le même style de générique d’ouverture de par la musique et les effets, il joue un peu sur la corde nostalgique et ça fonctionne, on ressent un petit frisson en retrouvant cette intro. Mais pas le temps de se raconter des anecdotes entre amis pendant le générique, l’heure est grave. L’aperçu que l’on a de l’univers est un monde où les mutants et humains susceptibles de donner naissance à des mutants ont été exterminés ou emprisonnés suite à une guerre menée contre les sentinelles, des robots construits pour détecter le gêne mutant chez une personne et l’éliminer pour éviter la propagation de la menace mutante. Ces robots ayant la particularité de pouvoir s’adapter face au pouvoir du mutant qu’ils affrontent, les X-Men ne font pas le poids et se contentent de survivre. Il n’y a qu’une solution pour réparer tout ça : retourner dans le passé pour changer le cours du temps.

On sent dans ce film une grande évolution dans le sujet traité, plus de mutants sont impliqués, les enjeux sont plus importants, le réalisateur cherche vraiment à achever cette renaissance que connait la série depuis son préquel et il y parvient dans l’ensemble. On garde tout de même les codes essentiels de la série comme les scènes d’actions spectaculaires mettant en avant les pouvoirs mutants, des clins d’œil historiques, la bataille éternelle entre la vision qu’ont Xavier et Magneto de la vie que doivent mener les mutants, on est dans le pur grand spectacle qui assume et qui le fait bien.

Le retour au boulot est dur pour le jeune Charles Xavier

Des VFX à foison et des acteurs à fond

Le casting est très bien dirigé et ont des rôles correctement écrits, la déchéance du professeur Xavier incarné par James McAvoy est très convaincante ainsi que le changement de comportement de Mystique après s’être rangée du côté de Magneto. Mais le personnage central de ce film, d’un point de vue scénaristique et charismatique reste bien sûr Hugh Jackman en Wolverine toujours avec la même attitude mêlant férocité et humour assez ironique, et qui fait un bon boulot d’interprétation du grand mutant au sang chaud qui doit essayer de résoudre cette situation par la discussion. Les fans de GoT apprécieront aussi le rôle de Peter Dinklage en créateur de ces robots tueurs de mutants très déterminé et calme dans sa quête de paix pour les humains.

L’aspect technique du film quant à lui n’a pas à rougir, la réalisation des effets spéciaux est impeccable et la 3D est correctement utilisée pour offrir parfois quelques effets de style assez sympathiques (la fusillade du Pentagone notamment) et en général d’éviter un mal de tête à cause de plans avec une perspective foireuse.

Quicksilver nous offre une séquence magnifique, utilisant la 3D pour plus de style

Enfin si des défauts devaient être soulignés, ce serait avant tout le manque de présence du casting du présent, surtout les mutants secondaires comme notamment le rôle d’Omar Sy, dont la promo à été assez soutenue pour au final très peu de temps à l’écran, et aussi parfois un jeu d’acteur assez limite venant des jeunes mutants du présent, mais qui peut être imputé au peu de répliques qu’on leur a donné. On peut également noter que ce retour dans le passé et ses conséquences provoquent quelques incohérences en fin de film qui sont plutôt dures à accepter sans se questionner et qui ne trouvent pas d’explication évidente, ce qui désamorce un peu la fin du film.

Film7.7
Malgré quelques cafouillages scénaristiques et des rôles secondaires pas toujours au top. X-Men Days Of Future Past est un pur divertissement qui sent bon les effets spéciaux, l'esprit film de super-héros et un peu le fan service. Avec une réalisation maîtrisée, des rôles principaux charismatiques et biens dans leurs personnages, ce film est à placer en haut du panier des adaptations de comics.
7.7

Share this post

Kuro

Jeune geek qui développe de temps en temps, et qui passe ses moments de liberté dans les salles de ciné et sur son compte Steam.

No comments

Add yours